Ce que nous défendons

Network Biosimilars CH prend les positions suivantes:

Commencer systématiquement avec des biosimilaires

Les biosimilaires peuvent remplacer les préparations originales sans compromettre la qualité du traitement. Si un biosimilaire est disponible, il est donc toujours préférable à la préparation originale au début d'un nouveau traitement. C'est la seule façon d'exploiter pleinement le potentiel d'économies existant.

Lutter contre les incitations inopportunes du système

Lorsqu'une nouvelle thérapie est mise en place, les aspects économiques et pratiques peuvent jouer un rôle dans le choix du traitement, en plus des aspects cliniques. Toutefois, le système de remboursement comporte actuellement des incitations inopportunes qui constituent un obstacle à un comportement de prescription conscient des coûts dans le domaine des médicaments biologiques. Il est donc essentiel d'éliminer ces incitations négatives et d'harmoniser les marges de distribution du produit de référence et du biosimilaire.

Renforcer l'éducation sur les biosimilaires

Les acteurs du système de santé suisse doivent être mieux informés sur les biosimilaires et le potentiel d'économies qui y est associé. Les médecins prescrivant des médicaments biologiques, généralement des spécialistes, sont particulièrement importants à cet égard.

Créer des capacités pour de nouvelles innovations

Les coûts de la santé ne peuvent pas continuer à augmenter indéfiniment et la viabilité financière durable du système est menacée. Dans le même temps, il existe des défis thérapeutiques non résolus et nouveaux. Si les préparations originales dont le brevet a expiré ‒ qu’il s’agisse de produits synthétiques ou biologiques ‒ sont systématiquement remplacées dans la pratique clinique par des produits d'imitation moins chers, cela crée une marge de manœuvre financière pour de nouvelles innovations permettant de relever des défis thérapeutiques.

Agir ensemble dans le même sens

Pour que les décideurs puissent reconnaître la contribution possible des biosimilaires au soulagement du système de santé suisse et pour que les conditions de base correspondantes puissent être créées, il est nécessaire que tous les acteurs dans le domaine des biosimilaires déploient des efforts coordonnés.

Créer les conditions pour accroître davantage le potentiel d'économies

La Suisse compte environ quatre fois moins de biosimilaires autorisés que l'UE. Le potentiel d'économies pourrait donc être considérablement accru. Pour que les fournisseurs de produits biosimilaires puissent investir en Suisse, des conditions générales attrayantes sont nécessaires, tant au niveau réglementaire qu'en termes d'accès au marché.

Partager